PRÉSERVATIONS DES SITES & DES ESPÈCES

 
ob_28c50c_alt-forestieres.JPG

RAF

Réseau pour les Alternatives Forestières

 

 

Face à une gestion forestière conduisant à un appauvrissement de la biodiversité et des savoir-faire forestiers, le Réseau pour les Alternatives Forestières (RAF) a proposé tout au long de l’année 2020 des espaces de dialogue, de réflexion et de co-construction pour gérer la forêt de façon écologiquement responsable et socialement solidaire. L’année 2020 a été marquée par le lancement du fonds de dotation Forêts en Vie qui va faciliter l’acquisition de forêts pour, ensemble, les garder vivantes. 

Consciente de l’érosion de la qualité des forêts en France, essentielles  aussi bien bien pour la biodiversité que pour le climat, la Fondation IRIS soutient l’association RAF depuis 2018.

 

 

Fond de réponse rapide de l'UNESCO

 

Face aux diverses menaces dont sont victimes les Parcs Naturels, Patrimoine Mondial de l’Humanité de l’UNESCO, un Fond de Réponse Rapide a été mis en place pour répondre aux urgences. Les demandes sont filtrées et traitées par un comité d’experts réunis par Flora and Fauna International en partenariat avec l’UNESCO. Ce semestre six ONG ont ainsi bénéficié d’aides financières en réponse à des problématiques de conservation urgentes.

La fondation IRIS est l’un des partenaires financiers de ces opérations.

le tigre des Sundarbans
Jaguar du Pantanal

© M & G Therin-Weise / M & G Therin-Weise

Le Jaguar du Pantanal

Des incendies sans précédent se déclarent dans le Pantanal, menaçant de nombreuses espèces menacées et l'écosystème de grande valeur. Le fonds d'intervention d'urgence, une initiative conjointe de l'UNESCO et de Fauna and Flora International (FFI), soutient les activités de lutte contre les incendies dans la réserve de la biosphère du Pantanal afin d'empêcher les incendies de se propager jusqu'au site du patrimoine mondial de la zone de conservation du Pantanal.

© Shuvarthi Guha / WWF India  

Le tigre des Sundarbans

Suite à la destruction causée par le cyclone Amphan, une action rapide est nécessaire pour sauver la vie des populations humaines et des tigres. Le Fonds d’intervention d’urgence (RRF) soutient WWF Inde à rétablir les mesures de prévention des conflits humains-tigres dans la partie indienne des Sundarbans, qui abrite un site du patrimoine mondial, une réserve de la biosphère, ainsi qu'un site Ramsar.

Parc de Yaboti

Parc de  Yabotí

L'UNESCO octroie des fonds d'urgence pour venir en aide à une réserve de biosphère argentine menacée par le braconnage.

En effet, au cours de la dernière année, Yabotí, réserve de biosphère de l'UNESCO a été témoin d'une augmentation spectaculaire du braconnage d'espèces sauvages. 

gorilles des montagnes

© Uganda Wildlife Authority

 

Gorilles de montagnes

Alors que le monde entier est lourdement touché par la COVID-19, la pandémie mondiale menace également nos « cousins » proches et l'une des espèces menacées les plus emblématiques du monde : le gorille de montagne. 

Le Fonds d'intervention d'urgence (RRF) de l’UNESCO a fourni un soutien d'urgence au parc national impénétrable de Bwindi, pour protéger l'une des dernières populations de gorilles de montagne du monde de cette menace potentiellement mortelle.

Une réserve de vie sauvage dans le Vercors

 

Alors que la planète subit ce que les scientifiques nomment la 6ème extinction de masse, moins de 1% du territoire national bénéficie d’une protection « en faveur » de la nature (Parcs Nationaux, Réserves Naturelles, Réserves de Biosphère Intégrales...) et, même dans les espaces protégés, la chasse et l’exploitation forestière sont le plus souvent autorisées. Destructions des habitats, prélèvements inconsidérés, absence de grands prédateurs, dérangements, appauvrissent et amputent des pans entiers de notre diversité biologique. Il est donc nécessaire de prendre les choses en main.

 

C’est ce que fait l’ASPAS (Association pour la protection des animaux sauvages) en acquérant des territoires naturels. Ainsi, à l'issue d'une longue saga pour rassembler les fonds nécessaires, et grâce à sa ténacité, l'association a acquis, en décembre 2019, un domaine de 490 hectares de forêts anciennes, de falaises et de ruisseaux, dans le Vercors pour les redonner aux loups, aux aigles et aux cerfs…

La Fondation Iris a soutenu ce projet Vercors Vie Sauvage

Urgence en forêt papoue

 

1/6

 

Les 28 février et 4 mars 2018, deux violents tremblements de terre de magnitude 7,5 ont frappé le mont Bosavi en Papouaise-Nouvelle Guinée. Le 7 avril, un troisième séisme de magnitude 6,8 parachevait la catastrophe sanitaire et écologique dans les terres méridionales. Les habitants de la forêt, les 14 clans de la tribu nomade des Kasua, sont en grand danger. Leurs maisons sur pilotis, leurs jardins vivriers, tout a été détruit. Cette tribu est un des derniers peuple nomades de la forêt papoue. Ils privilégient le savoir-vivre ensemble et plébiscitent une équité dans tous les échanges et entre tous les êtres de la forêt. Il s’agit d’une des dernières sociétés autonomes en symbiose avec la forêt.

 

L'association  Art-Borescence a décidé de mener une action solidaire en cinq temps :

 

  1. Achat de ravitaillement (vivres de première urgence, soins médicaux, (récupérateurs d’eau, semences BIO, matériel horticole, boutures,...).

  2. Acheminement du ravitaillement.

  3. Réception et distribution du ravitaillement par le comité directeur de la réserve Kasua.

  4. Reconstruction du savoir-vivre en forêt sur chaque territoire clanique.

  5. Organisation d’ateliers pédagogiques auprès des enfants et spectacle vivant.

 

La Fondation Iris a soutenu ce projet financièrement.

 

Un "Institut des Nomades"

pour réhabiliter les valeurs culturelles des nomades tibétains

 

1/4

 

Ce projet, porté par l'association Highland Initiatives-France, a pour but de réhabiliter les valeurs culturelles des nomades tibétains et de restaurer l'écosystème fragilisé du plateau du Tibet confronté à l'influence de la culture industrielle, le dérèglement climatique et l'urbanisation.

 

Les défis auxquels est confronté l’écosystème du plateau tibétain sont bien connus et de multiples efforts ont été entrepris depuis deux décennies au niveau local et national. 1,6 million de nomades vivent dans les régions tibétaines de la Chine, leur mode de vie se transforme rapidement, ils vivent aujourd’hui en alternance entre leur campement d’été et leur maison d’hiver. Grâce à l’acquisition de nouvelles compétences et à l’utilisation de leurs savoirs ancestraux, ils peuvent jouer un rôle essentiel dans la protection de l’environnement du plateau tibétain qui est soumis entre autres à la désertification, avec la disparition des espèces sauvages, la raréfaction et la pollution des ressources en eau dont dépendent 2 milliards d’habitants en Asie.

 

Le projet est développé en trois axes :

 

  • La transmission des savoirs, savoir-faire et savoir-être des lignées nomades avec la construction d’un « institut des nomades » situé à Zhiduo, préfecture de Yushu, province du Qinghai et de son unité itinérante. Cet institut offrira un cursus combinant savoirs traditionnels et compétences scientifiques et proposera des modules environnement, agro-écologie, lois et règlementations, entrepreneuriat, etc...

  • La recherche et l’innovation grâce à un incubateur de « camps modèles de nomades », qui aura pour but de trouver des solutions pratiques pour allier savoirs ancestraux et modernité.

  • Une « plateforme de communication » qui aura pour but de faciliter les échanges économiques, scientifiques et artistiques en mettant en lien les nomades entre eux et avec des institutions gouvernementales, des experts du milieux académique, des entreprises, des clients... Grâce à cette plateforme, les nomades pourront également diversifier leurs sources de revenus en développant le tourisme et l’artisanat.

Il est notamment porté par Marion Chaygneaud-Dupuy, fondatrice inspirée de Highland Initiative. 

Elle est la première européenne à avoir gravi le Mont Everest à trois reprises. Elle a mis en place un modèle de gestion des déchets en montagne afin de préserver la qualité des glaciers himalayens. Pour ce faire elle a initié le projet Clean Everest et dirigé les expéditions de 2016 et 2017. Elle vit entre Lhassa et Chengdu depuis 15 ans où elle a créé Global Nomad, une entreprise de tourisme responsable et Highland Initiatives, qui soutient des entrepreneurs sociaux au Qinghai et au Sichuan.

 

L’avenir des hautes montagnes du monde

 

 

Née aux États-Unis en 2010 pour donner voix à la mobilisation autour des impacts humains sur les glaciers du Denali (Alaska), la Sustainable Summits Conference est passée en 2014 par le Colorado puis en 2016 par la Nouvelle Zélande et le Aoraki /Mount Cook National Park.

 

En 2018, la quatrième édition se voulait à la fois inscrite dans la continuité des fondateurs et dans le renouvellement des thèmes interrogés. Pendant trois jours, des gestionnaires de site de haute montagne, des alpinistes, des chercheurs, des acteurs du monde associatif et des entreprises innovantes du monde entier se sont retrouvés à Chamonix. Ils ont partagé leurs expériences et ont proposé des solutions pour l’avenir des hautes montagnes.

 

La Fondation Iris a soutenu financièrement cet évènement.

 

Protection des lémuriens

de Madagascar avec l'UICN

 

 

Emblèmes charismatiques de l'île-continent, on ne  trouve les lémuriens qu'à Madagascar. La déforestation et le braconnage de ces dernières années ont fait des lémuriens le groupe de mammifères le plus menacé de la planète avec 99 % des espèces – estimées à plus de 100 – en danger critique.

 

Le Plan d’action pour les lémuriens du Groupe de spécialistes des primates de la Commission de la Sauvegarde des Espèces (CSE) de l’UICN a identifié 30 sites prioritaires pour des activités de conservation. Le programme SOS - Sauvons nos Lémuriens s'aligne étroitement sur ce plan.

 

La Fondation Iris a soutenu financièrement 4 de ces projets de 2015 à 2017

 

Inventaire des lacs glaciaires à risques au Népal

 

 

Un très violent séisme a frappé le Népal le 25 avril 2015 (7,8 sur l’échelle de Richter). Il a été suivi depuis par de nombreuses répliques. Sur tout le territoire, les tremblements de terre ont réactivé les risques naturels : avalanches, glissements de terrain, chutes de blocs, ruptures de lacs glaciaires...

 

Le service d’hydrologie et de météorologie du gouvernement népalais (DHM) a demandé à l’association Des Géorisques et Des Hommes d'intervenir en urgence pour estimer et prioriser le risque sur 20 à 25 lacs actuellement considérés comme à fort risque de rupture et effectuer des visites de diagnostic.

 

La Fondation Iris a soutenu cette étude qui aura lieu en fin d'été 2015.

 

Septième Congrès

des Jardins Botaniques européens

 

1/6

 

Le Muséum national d'Histoire Naturelle de la ville de Paris,  dont l’objet est la recherche scientifique, l’expertise, l’enseignement et la formation dans les sciences de la Vie et de la Terre, a organisé à Paris le Septième Congrès des Jardins Botaniques européens. Il a eu lieu du 6 au 10 juillet 2015.

 

La Fondation Iris a apporté une aide financière pour conforter l’organisation du congrès qui visait la protection de la biodiversité végétale et la mise en valeur du rôle des Jardins Botaniques dans la conservation des plantes et la sensibilisation à la préservation de la biodiversité.

 

Tourisme durable

pour le Patrimoine Mondial de l'UNESCO

 

1/6

 

La planification et la gestion durable du tourisme est un des défis les plus urgents pour le futur de la Convention du patrimoine mondial de l'UNESCO.

 

Les responsables de sites n'ont souvent pas en leur possession les outils et le savoir faire pour gérer efficacement le tourisme, optimiser ses effets et minimiser l'impact négatif.

 

En partenariat avec l'UNESCO, la Fondation Iris a aidé financièrement à développer les outils qui permettent de changer la manière de gérer le tourisme sur les sites du patrimoine mondial ; ces outils collaboratifs et évolutifs ont pour but de propager les idées innovantes et les expériences concluantes auprès des instances  locales et nationales chargées de la gestion des sites.

 

Interprétations plastiques

autour de la Villa Viardot à Bougival

 

1/5

 

En 2013 la Fondation Iris a financé la mise en valeur artistique du Parc paysager de la Villa Viardot où a eu lieu le Festival de Musique de Bougival,  organisé par l'association des Amis de Georges Bizet.  Située en face de la maison où Bizet a composé Carmen,  au pied de la "colline des Impressionnistes", cette propriété de 4 hectares, d'une grande valeur paysagère et culturelle,  est l'écrin de la Villa de la cantatrice Pauline  Viardot, et de la Datcha de l'écrivain Ivan Tourgueniev.

 

Les trois oeuvres réalisées  par l'artiste suisse Andreas Kressig, faisant écho  à la sauvegarde du site, ont invité les visiteurs à mieux découvrir le parc.

 

Une armoire, placée dans la roseraie, est exposée aux intempéries, à l’image de la Villa, comme laissée à l’abandon, dans l’attente d’un sauvetage. Un muret  constellé de DVD aux reflets arc-en-ciel évoque des traces musicales des musiciens ayant vécu et joué dans la Villa. Des barrières de sécurité dorées  forment un collier autour de la Villa et passent d'une fonction de protection du public à celle de défense du site en péril.

 

© 2020 FONDATION IRIS

  • Facebook Social Icon

Fondation Iris, 40 avenue Hoche, 75008 - Paris, France